Résidence en cours / à venir

Projet Lez’arts des Garennes: Les résidences de plasticiens

Les Visages de la butte Saint-Anne

Résidence d’artiste de Laurence Poitou au DIX

La peintre Laurence Poitou est invitée par le DIX pendant 15 jours. Son projet de résidence consiste à dessiner le visage des habitants du quartier ainsi que ceux des compagnies résidentes aux DIX. Elle leur propose de venir poser à l’atelier afin de réaliser leurs portraits. Dans ce but, elle sera présente pendant les 15 jours de la résidence dans l’atelier que met à sa disposition Nadia Atti. A la fin des 15 jours, les habitants seront conviés à l’exposition de restitution de la résidence. Ce projet permet de tisser un lien fort entre les compagnies résidentes à la maison de quartier « le DIX » et les habitants de la butte Saint-Anne.

Date : du 1er au 15 déc, tous les jours avec ou sans RDV, de 10h à 18h (sauf le jeudi)

Restitution de fin de résidence les vendredi 14, samedi 15 et dimanche 16 décembre de 14h à 20h

Vous souhaitez participer à ce projet? Voici les contacts: 

Laurence Poitou :06 18 75 24 89 

Nadia Atti : 06 31 90 82 06

≅≅≅

Résidence des artistes Marion Groffe et Marjorie Le Berre  du 22 octobre au 2 novembre 2018

Projet « Ecriture(s) Conjointe(s)

Ecriture(s) conjointe(s) est un travail vidéo/écriture/danse qui a débuté au bord de la Loire à Saint-Jean-de-Boiseau. La résidence au sein du DIX est l’occasion pour Marion Groffe et Marjorie Le Berre de poursuivre cette écriture d’une traversée. Il se poursuit dans le quartier Chantenay-Nantes, par une seconde étape de travail pour progresser le dialogue qui se déploie au sein de 120 combinaisons de 5 mots et 5 accents :

         le détour que tu fais ici  ?

tête                   <

bras                    <.

genoux          v.

pieds      ^^        <.       >.

->

Capture d%u2019eěcran 2018-10-15 aĚ 16.48.04

≅≅≅

Résidence de l’artiste Patrice Poiraud

du 1er septembre au 30 novembre 2018.

L’artiste: Patrice Poiraud

Après une Licence en Histoire de l’Art ( Tours – France), et une formation à l’Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Rennes (France) et de Hambourg (Allemagne) où il a obtenu en 2002 le Diplôme National Supérieur d’Etudes Plastiques – DNSEP -, il étudie à L’Institut International de l’Image et du Son à 3IS (Trappes – Yvelines). Cet apprentissage dans le domaine du multimédia constitue la base de ses travaux, permettant de multiples variations et la création d’un répertoire de formes variées.

Son intention pour la résidence 

Mon travail s’inscrit dans une réflexion élargie de la sculpture, qui se réfère autant au paysage, qu’à l’architecture. Je travaille plus spécifiquement sur des questions de territoires, à travers des notions de réseau, de tissu, de lien.

Mes propositions plastiques sont généralement subordonnées au contexte dans lequel elles se produisent. En fin de compte, c’est le contexte matériel, physique, historique, qui inspire les propositions.

Cette approche se poursuit aujourd’hui à partir de réflexion menées sur l’espace public, et plus particulièrement l’espace urbain.

Dans le cadre de mon temps de résidence au Dix, je souhaite appliquer la même approche : faire à partir de ce qui existe, le modifier, l’enrichir, le détourner, le contourner, afin de produire de nouvelles territorialités visuelles et spatiales.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

> //… Accordant une grande importance à la notion de contexte, qu’il soit géographique, politique ou historique, ses travaux font évoluer le spectateur vers un univers critique, questionnant la société autour des notions de territoire et d’environnement à travers une trame politique.

Intégrant parfaitement les conditions à la réalisation d’une œuvre, son travail tient compte à la fois du contexte où il se produit et de l’espace dans lequel il s’expose développant l’idée d’une « géomorphie » de l’œuvre.

Matériaux et objets sont donc utilisés tant pour leur qualités formelles que pour le sens implicite qu’ils portent.

Ses derniers projets s’appuient sur l’idée de créer des dispositifs en espace mentaux architecturés, des parcours métaphoriques paysagés, faits d’objets modifiés et d’assemblages bricolés, conjecturer à partir d’un contexte ou d’un environnement spécifique.

Chaque intervention fait l’objet d’une mise en situation dans un lieu, une ville, ses conditions économiques et sociales, et soulève un certain nombre de questions relatives à l’action artistique et éthique de l’artiste, la réévaluation des enjeux en fonction du contexte.

Il assume, implicitement ou explicitement, une forme de responsabilité, d’investissement « réel » à travers une actualité, estimant que les urgences sociales et politiques doivent permettre de prendre position de manière éthique…//

Patrice Poiraud

Portable : 06 84 32 51 31

Mél. patricehello@gmail.com   // Site :  http://patrice-poiraud.format.com

Résidences

2017, Février-Mars , La Fabrique, Nantes

2008 Centre d’art de Bazouges La Pérouse

>> EXPOSITIONS Collectives

Septembre 2017, Les re-combinants, exposition en ligne curatée par Madja Edelstein-Gomez.

Juin 2017, Manifestation le Grand Renc’Art, Nantes

2013 “Une île-des îles”, sculpture. Espace Cluster, Quartier de la création, Nantes

2012 “L’univers du petit”, dessins numériques. Espace Cluster – Quartier de la création, Nantes

2011 Sérigraphies. “Salon d’édition d’art”, Ecole des Beaux-Arts de Rennes

2010 Sérigraphies. Librairie du Musée des Beaux-Arts de Nantes.

2006 “Les multiples“, dessins numériques. Centre d’art de Bazouges La Pérouse

2003 ”Les placards“, sculptures. Fondation Rothschild, Paris

> EXPOSITIONS individuelles

A venir Atelier Lebras, Oct 2019

2016 Galerie L’Atelier-expo, Nantes

2012 Manifestation “ L’art prend l’air ”, Nantes

2008 “Eccenihilo“, installation. Centre d’art de Bazouges La Pérouse

2007 ”Les Larmes d’Eros “, Broderies. Résidence St François, Rennes

2004 ”L’image“, vidéo. “Le Batofar”, Paris

2002 ”Cash“, installation. Galerie Tripode, Nantes

2001 Galerie du cloître, installation. Ecole régionale des beaux-arts de Rennes

≅≅≅

Résidence de l’artiste Camille LACOMBE du 29 janvier au 29 avril 2018.

Camille Lacombe dans le spectacle depuis 2005, en tant que scénographe, puis dans la conception et la réalisation de costumes.
Pour le théâtre, le théâtre forain, le théâtre de rue, et le nouveau cirque…Des univers riches!

Son intention pour cette résidence:

« Autant que l’ouverture d’esprit qui est permise par un spectacle, j’ai l’intuition que ce qui nous serait salutaire, c’est une reconnexion avec le sauvage et aux beautés de la nature. C’est pour cela que je veux développer la technique des teintures végétales, pour l’appliquer aux arts du spectacles, mais aussi à des usages plus quotidiens.
J’ai envie d’expérimenter des recettes, sur des textiles variés, pour acquérir des savoirs techniques. Comme la cuisine, cela demande de beaucoup pratiquer, avant de trouver la bonne alchimie.
J’aime bien l’idée le faire en immersion, en pouvant m’y consacrer le temps d’une résidence, dans un lieu propice à la création. »
Camille Lacombe

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :