Retours sur …

La résidence de l’artiste Perdita Corléone avec son projet « Les jeunes filles et la mort ».

Résidence du 26 février au 2 mars

L’artiste:

Perdita vit et travaille à Nantes. Dessinatrice autodidacte, elle a empoignée ses crayons une fois ces études à la fac terminées, et ne les a plus lâchés depuis. Le jour, elle s’appelle Gaëlle, et écrit et dessine pour l’édition jeunesse. La nuit, Perdita s’éveille et plonge dans les méandres de la psyché humaine et développe un univers graphique ambivalent peuplé de créatures étranges et de scènes oniriques pouvant tourner au cauchemar.

Son projet:

Au Dix, elle a travaillé sur le projet Jeunes Filles Hantées, qui réunit de grands dessins explorant le monde intérieurs de personnages féminins fictifs ayant pour point commun d’être figée dans le temps.

Ci dessous, retour en image sur la présentation publique

du 13 avril et la rencontre avec l’ artiste.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

La résidence d’Izabela Matos et Morgan Orléach dans le cadre du projet « Lez’arts des Garennes ».

Résidence du 1er au 15 décembre 2017.

Plasticienne ayant une vision des choses forte personnelle, insolite et poétique. Au contraire de la tendance de l’art contemporain à l’analyse, Izabela Matos, par son esprit nomade avide de grands espaces, enrichit la réalité et invoque une expérience esthétique et poétique. Avec  ses œuvres, en différentes techniques – dessin, peinture, gravure, broderie –  Izabela investit la matière. Par sa technique et son habilité manuelle elle nous conduit dans la nature, organique. Le processus de création devient un rituel féminin dans lequel sont brodés émotions, histoire et désespoirs.               

 «  Artiste plasticienne de formation, elle pratique la gravure et s’intéresse au livre comme objet artistique ainsi qu’au fil et aux formes textiles. Ses œuvres sont des espaces habités, qui nous donnent à voir, en images, parfois en mots, mais aussi en volumes, ou en gestes, l’être dans la nature, la féminité, les lieux intimes ;  elles re-présentent les bateaux,   un arbre immense, des maisons, une figure. Dessin, traces, fragments, ratures, couleurs, l’esthétique est à la fois sans détour et délicate, puissante.  »                                                                                                                                                        Caroline De Grandpré 

Ci dessous, retour en image sur la présentation publique

du 15 décembre et la rencontre avec les artistes.

Crédit photos: Vincent Descourtieux / www.facebook.com/vince.des1

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Découvrir les artistes et leurs projets: http://www.izabelamatos.me/

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :